Catalogue

Cépage v
Contenance v

Cognacs

Cognacs

Et un jour la Charente créa le Cognac

Il fait partie de ces « valeurs » françaises qui donnent à notre territoire la réputation d’un art de vivre d’excellence. Très officiellement nommé « Cognac », « Eau-de-vie de Cognac » ou encore « Eau-de-vie des Charentes », ce breuvage de luxe a gagné depuis longtemps ses lettres de noblesse : bénéficiant du très prisé label AOC (Appellation d’Origine Contrôlée), il régale les connaisseurs des tables du monde entier. Cette célébrité ne doit rien au hasard mais tout à l’amour des vignerons charentais pour leur terroir, et au respect scrupuleux d’un savoir faire séculaire.

Un peu d’histoire

Elle commença, il y a bien longtemps, dès le Moyen-Age, avec l’engouement des hollandais qui venaient chercher le sel par bateaux, et ramenaient en même temps dans leurs cales les produits du vignoble poitevin.  Et lorsque, à La Renaissance, ces mêmes Hollandais, maîtriseront l’art de la distillation, ils en usèrent pour mieux conserver ce vin qu’ils appréciaient tant et créèrent ainsi le Brandy !

Au 17ème siècle, le procédé de double-distillation développé dans la région charentaise permet d’améliorer les conditions de transport du vin poitevin, qui devient une eau-de-vie bien plus concentrée. Mais c’est au 19ème siècle, sous l’impulsion de l’empereur Napoléon III, que le Cognac connaît son premier âge d’or. Hélas, l’épidémie de phylloxéra qui frappe le vignoble français à la fin du siècle n’épargne pas la Charente : ravagé, le vignoble de la région  entraîne celle-ci dans une grave crise économique, et il faudra des années de travail et d’efforts pour redresser la situation.

Dès le début du 20ème siècle, en 1909, est délimité géographiquement le secteur de production de l’eau-de-vie de Cognac qui conduira en 1936 à l’Appellation d’Origine Contrôlée, avant que ne soient définis les crus en 1938.

Le respect des traditions

Si les cépages sont principalement de l’Ugni blanc, les crus de la terre de l’ « Eau-de-vie des Charentes » sont au nombre de 6. Ainsi, « Grande Champagne » et «  Petite Champagne », « Borderies », « Fins Bois », « Bon Bois » et « Bois Ordinaires » composent-il une palette de saveurs florales à fruitées ou boisées.

Mais outre la qualité et la diversité des sols, les richesses du Cognac sont bien sûr le résultat d’un travail de vinification rigoureux et patient, dont les étapes et les gestes n’ont pas changé depuis sa création. Préalablement distillé au moyen de l’alambic charentais « à repasse », le précieux élixir est ensuite conservé dans des fûts de chênes plus ou moins vieux. Ainsi le Cognac va-t-il vieillir parfois pendant des décennies à l’ombre rassurante de chais qui lui sont souvent dédiés, et jalousement veillés par le Maître de Chai jusqu’à atteindre leur perfection.